PODCAST – L’envol d’Adama Faye Par Mohamed SOW

PODCAST – L’envol d’Adama Faye Par Mohamed SOW
PODCAST – L’envol d’Adama Faye Par Mohamed SOW

Réalisé et produit par Mohamed Sow

Déc 8, 2021

décembre 8, 2021

Mohamed  Sow un melomane, passionné

Mohamed Sow est un mélomane dont l’amour pour les expressions artistiques en général, la musique en particulier, s’accompagne d’une passion saine et d’une connaissance fine … qui confèrent un crédit certain à ses analyses, observations et critiques. Avec lui, l’approche allie l’intérêt et l’utilité de dresser l’archéologie des œuvres musicales et le plaisir de savourer de succulentes anecdotes. Le tout, facilité par ses formidables aptitudes de conteur.

L’envol de ADAMA FAYE

 L’hommage à la hauteur de l’immense contribution qu’a été celle d’Adama Faye, génie absolu de la musique, mentor discret pour beaucoup de ceux et celles qui ont écrit les plus belles notes de cette symphonie bien sénégalaise. Les philosophes, aussi, diront certainement un jour pourquoi les génies de la trempe d’Adama Faye préfèrent la lumière invisible de leur planète singulière aux succès factices d’un monde dominé et trompé par le clinquant des médiocres.

Le sublime podcast que consacre Mohamed Sow à Adama Faye contribuera peut-être à la mise en scène de cet hommage – nous le souhaitons vivement ! Le conte de Sow est riche de faits et de succulentes anecdotes. Il fait connaître de façon admirable le rôle qu’a joué celui que j’appelle « l’architecte » de ce qui tient lieu, depuis plus de quarante ans, de musique moderne sénégalaise, fidèle reflet d’un pays divers dans ses expressions culturelles (les Faye, rappelons-le, famille sérère, se sont forgé aux rythmes et sonorités de la Casamance où ils ont grandi).

Adama Faye a forgé une identité à la musique de notre pays en réussissant une belle symbiose entre des ressorts « traditionnels » et des apports « fécondants » de l’extérieur, pour reprendre une épithète chère au poète Léopold Sédar Senghor. A chacune des étapes de sa route, Adama Faye, l’architecte, a posé une brique de l’édifice qui est le sien. Et si on considère les années 1970 – avec les formations Système de Rufisque, le Kadd Orchestra, le Super Diamono – comme celles du premier grand chapitre de sa carrière, on peut dire, sans grand risque de se tromper, que c’est entre 1983 et 1985 qu’il pose, en différents musiciens et groupes les germes de la consolidation.

Il y a l’introduction de Nanette Ada qui porte la « recette » du chef Faye : définir le cadre, mettre tout ou presque en place pour que les notes des autres puissent être mises en relief. Avant, il y a eu Yow (1983) de Thione Seck dont le passage de la musique « traditionnelle » à celle dite « moderne » aurait été quelconque s’il n’avait pas fait appel Adama Faye.

Il fait franchir à Seck une étape, tout comme il fait passer à une autre dimension la musique du Super Etoile de Youssou Ndour. Il redéfinit celle-ci en y introduisant trois souffles essentiels, blues, jazz, funk, pour les marier aux rythmes et sonorités locales. Cela a donné les chef-d’œuvres que signalent Mohamed Sow (Diaraf, Nanette Ada, donc, Africa Deebeub, Awa Guèye, Ndobine. Il faut certainement mettre sur cette liste le sublime « Wagane », qu’il compose et sur lequel il fait apprécier son doigté aux claviers.    

En 1985, avec Xiif, il fait passer Ismaël Lô d’un cadre ‘’artisanal’’ – ce n’est pas péjoratif – à une dimension élaborée et assaisonnée d’un peu de pop et de jazz – pour rappeler qu’il avait comme références musicales Herbie Hancock et Chick Corea. Il place aussi chez Demba Dia et Kiné Lam des compositions et des notes, comme pour dire qu’il n’était préoccupé que par le souci de faire faire aux musiciens avec lesquels il travaillait – et à la musique dans son ensemble – un bond en avant.   

Mohamed Sow doit s’être dit, après le récit du parcours de ce musicien exceptionnel : « Maintenant vous savez ! » Adama Faye a été, pour paraphraser Aimé Césaire, de ceux qui ont décidé de rester à l’ombre pour jouer leur partition. Il rêvait, comme le rappelle Mohamed Sow, d’une « Académie musicale », une école qui lui aurait permis de transmettre et de former dans un cadre structuré et formel. Il n’y est pas parvenu, mais on peut se consoler en disant que cette académie fonctionne à ciel ouvert, comme un arbre planté en de nombreux artistes et groupes et dans des productions dont on apprécie, aujourd’hui plus qu’hier, l’exceptionnelle profondeur esthétique.

Texte de Aboubacar Demba Cissokho

Related Articles

La Nuit du retro

La Nuit du retro

Une grande soirée retrouvaille au TIMIS le samedi 21 Mai 2022

La Nuit du retro

La Nuit du retro

Une grande soirée retrouvaille au TIMIS le samedi 21 Mai 2022

La Nuit du retro

La Nuit du retro

Une grande soirée retrouvaille au TIMIS le samedi 21 Mai 2022

0 Comments

0 commentaires

Stay Up to Date With The Latest News & Updates

Access Premium Content

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque

Join Our Newsletter

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque

Follow Us

Sed ut perspiciatis unde omnis iste natus error sit voluptatem accusantium doloremque

A propos de l'auteur

Les salles virtuelles

Salles virtuelles de SENECANADA

Bienvenue dans les salles virtuelles de SENECANADA

Évenements

Galerie Photos

  • Elage diouf-  Artiste Musicien
  • L'auteur Serge Bouchard a publié son plus récent livre, L’allume cigarette de la Chrysler noire./ Josie Desmarais
  • Son Excellence Madame Viviane Laure Elisabeth Bampassy, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Sénégal au Canada
  • Seydina
  • Michel Louvain
  • Dre Absa Diallo
  • Sous le pseudonyme de Bob Yves, Ousseynou Diop a animé, au milieu des années 60, une émission de musique afro-américaine à Radio-Sénégal.
  • Youssou n'dour lors de son concert à Montréal Mai 2022
  • Barthelemy Toye Dias , Maire de Dakar rencontre la Mairesse de Montréal Madame Valerie Plante
  • Barthelemy Toye Dias , Maire de Dakar rencontre la Mairesse de Montréal Madame Valerie Plante
  • Le 30 juillet 1939 Sëydinaa Isaa Rohu Laay inaugurait officiellement la Grande Mosquée de Camberène. D’un point de vue architectural elle reprenait le modèle des mosquées citadines sénégalaises comme celle de Saint Louis et de Dakar, avec une toiture en tuiles et deux minarets sur la façade frontale. Elle a été rénové en 1982.
Comme le témoigne la presse de l’époque, ce fut juste après l’inauguration de la Mosquée que les premières pluies d’hivernage, qui cette année là tardaient à venir, tombèrent sur la Presque île du Cap Vert.
  • Lamine Gueye et son épouse Marthe Dominique Lapalun, d’origine guadeloupéenne. Appelée affectueusement «Tante Marthe» elle est décédé quelques années après son mari, en 1971.
  • Notre-dame street,  136 years difference.
  • Old Port  1904 vs 2023